Vous avez un nouveau message de Scarlett Johansson

Autre journée de répétitions pour l’équipe de DIEU EST UN DJ aujourd’hui, autres réflexions quant aux 1001 sujets qui nous intéressent pour moi. Tout commence quand Vincent de Repentigny, après avoir lu mon dernier billet qui le citait, me relance: selon lui, nous favorisons toujours la technologie parce que l’humain est fondamentalement paresseux. Pour faire mon intello, en regardant ailleurs je dis qu’il fait référence à l’idée psychanalytique de pulsion de mort.

Vincent poursuit: Si on a le choix entre se déplacer pour parler à quelqu’un ou activer une machine qui le permettra en restant à la maison, on favorisera toujours le raccourci. Ce serait une sorte d’économie de son énergie qui commanderait toutes ses actions. C’est logique, surtout pour une civilisation qui a créé l’adage Less is more. Ça expliquerait sans doute pourquoi les abonnements dans les gyms sont si populaires aujourd’hui: les raccourcis sont maintenant tellement efficaces qu’on a besoin de dépenser ailleurs de l’énergie. Je souris en pensant au Nautilus comme d’un retour du refoulé, c’est-à-dire du corps.

scarlettjohanssonipod Vous avez un nouveau message de Scarlett Johansson  dieu est un dj insanë insane in sane insan e julien brun vincent de repentigny falk richter guillaume corbeilSi je parle au conditionnel, ici, c’est que la question demeure entière: pourquoi, alors, allons-nous consulter nos courriels, errer sur Facebook ou sur Twitter et dessiner sur DrawSomething quand nous sommes face à quelqu’un? Il est aussi simple, sinon plus, de converser avec des mots prononcés que de pitonner des messages sur un clavier de Iphone à peine plus gros qu’un doigt.

Il semble que nous soyons éternellement insatisfaits de l’ici, maintenant et que nous vivons sans arrêt dans l’espoir de l’ailleurs. Que quelqu’un d’autre, et j’insiste sur ce dernier mot, soit en train de penser à nous. Oui, il y a toi, devant moi, mais s’il y avait une autre personne? Cette autre personne contient toutes les personnes du monde, d’un autre ami à un employeur qui pourrait m’offrir un contrat très, très payant en passant par Scarlett Johansson qui voudrait me dire qu’elle a lu mon recueil de nouvelles et qu’elle est depuis amoureuse de moi. C’est cet espoir qui fait qu’à chaque heure, et parfois à chaque demi-heure, je ressors mon téléphone et vérifie si j’ai reçu un nouveau message: au cas où quelqu’un qui n’est pas là aurait pensé à moi. Au cas où ma boîte de réception contiendrait quelque chose que ne contient pas la réalité.

C’est aussi cet espoir qui fait qu’année après année, des millions d’utilisateurs de Facebook se font prendre par une fausse application qui prétend vous permettre de savoir qui consulte votre page. On dit que l’explosion des médias a fait en sorte que les gens de notre génération ont tout vu, tout vécu: il irait donc de soi que nous soyons fascinés par ce qui échappe à notre connaissance. Les relations imaginées, qui peuvent être tout et leur contraire, nous préoccuperont toujours plus que celles que nous expérimentons et qui se fixent dans une forme finie.

Les technologies nous ramènent encore au désir. Ce n’est peut-être pas pour rien qu’il m’arrive de regarder mon nouveau Iphone et de le qualifier de sexy.

Poster un commentaire

Vous devriez utiliser le HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>