Photos des représentations à Genève

Prises au Théâtre de l’Usine, dans le cadre du Mapping Festival, par Germain Ferey et Stéphane Pecorini.

La Bête

Après quatre représentations à Genève et à Montréal, l’heure est au bilan pour l’équipe de DIEU EST UN DJ – un bilan autant technique qu’artistique. On ne veut pas se contenter de se féliciter pour tout ce qu’on a bien réussi (et de se lamenter pour tout ce qu’on a moins réussi…), on cherche comment amener ce projet plus loin. À l’heure où on se parle, on se croise les doigts pour une éventuelle reprise. Il ne s’agirait pas de reprendre le spectacle tel quel, mais d’avoir la chance de replonger dans les questions – autant techniques que critiques – qu’a soulevées la téléprésence et de continuer d’y réfléchir.

2012 05 18 s pecorini ork ch b31c2721 1024x682 La Bête dieu est un dj insanë insane in sane insan e julien brun vincent de repentigny falk richter guillaume corbeil

Pendant la période de questions qui suivait toutes les représentations, un spectateur à Montréal nous a qualifiés de pionniers ; j’imagine qu’on peut être fiers de ça, et si ma mémoire est bonne, sur la terrasse de la SAT on s’en est quelque peu vantés. Mais être un pionnier, ce que ça veut dire d’abord et avant tout, c’est aller à la rencontre de l’inexploré, du sauvage. Bref, c’est dire qu’on s’est attelés à quelque chose d’immense et de sauvage, et il serait naïf aujourd’hui de prétendre avoir conquis ce territoire et de nous déposer une couronne sur la tête.

On a procédé à tâtons, personne n’avait jamais tenté l’expérience de séparer ainsi deux acteurs dans deux théâtres – et deux continents encore moins. Non seulement on ignorait les problèmes qui nous guettaient, mais il fallait en inventer nous-mêmes les solutions. Et vite ! En fait, plus qu’un territoire, la téléprésence, avec son lot de fils, logiciels et de machines, est une bête sauvage. Dans les deux dernières années, on s’est évertués à la dompter. Mais c’est une bête têtue et je crois que, tout au plus, a-t-on réussi de faire sur son dos un tour de piste. La nuit, lorsqu’on la retournait dans son enclos, on pouvait l’entendre gémir et piaffer. Il nous tarde maintenant de retourner vers elle et retrouver ses deux grands yeux lumineux, qui vous menacent de vous détruire en même temps qu’ils vous laissent entrevoir toute sa puissance.

Parce que comme pour tous les dompteurs, plus la bête est féroce, plus le désir de la mettre à sa main est grand.

DIEU EST UN DJ EN STREAMING LIVE

TERMINÉ (Merci à tous ceux qui nous ont suivi depuis chez eux!):

Accédez en live à la dernière représentation de DIEU EST UN DJ au Théâtre de l’Usine de Genève, filmée par trois caméras pour vous directement.

Un autre regard sur la représentation qui se déroule dans un non-lieu virtuel, entre Genève et Montréal.

Début du streaming live: 20h., heure de Genève, 14h., heure de Montréal.

Posez vos questions aux artises, publiques et réalisateurs dans les commentaires sous la vidéo, nous y répondrons à la fin du show!